Shellac (usa)

It's alive
La Dynamo le 3 juin 2012 Que ceux qui n’ont jamais entendu parler de Steve Albini aillent immédiatement au piquet ! Personnage-clé du rock indépendant américain, cet ancien membre des groupes hardcore-indus Big Black et Rapeman dans les années 80, devenu ingénieur du son renommé, est à l’origine de nombreuses vocations. Foison de groupes majeurs sont venus enregistrer dans son mythique studio de Chicago (Pixies, Nirvana, Fugazi, Jesus Lezard , Slint, Neurosis, PJ Harvey et un milliers d'autres…). En 1992 Albini fonde le trio rock minimal Shellac, un line-up solide et constant, livrant une leçon d'intensité scénique, teinté d'humilité et d'humour, égrainant leurs compos comme on distribue des baffes - et les fans, consentants, en redemandent. Toujours à la limite de la rupture mais impressionnants de maîtrise et de retenue. Ce qui est aussi saisissant avec Shellac c’est ce son si particulier: sec, agressif et « métallique » reconnaissable entre mille. Guitare et basse avec un manche en alu, à l’origine de ce son "grinçant", plein de médiums auquel s’ajoute les effets d'amplis faits maisons. Et cette voix ! Rèche et puissante, proférant des pamphlets surréalistes et angoissants. Sans oublier Todd Trainer le batteur hallucinant et halluciné en fou dangereux !  
Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *