Wavves (usa)

It's alive
Le Saint des Seins le 15 décembre 2009

Wavves figure l’une des plus stupéfiantes surprises de l’année 2009. Wavves, sous la houlette de son leader Nathan Williams, renouvelle l’exercice pop noise : des mélodies évidentes mais alambiquées, un mur du son qui doit autant aux guitares saturées qu’aux boucles électroniques, Wavves joue vite et fort. On pourra prétendre que Wavves pioche sans vergogne dans l’héritage laissé par My Bloody Valentine, les Pixies, The Jesus And Mary Chain et Sonic Youth, et l’on aura évidemment raison. Musicalement, l’analyse tiendra la route. Mais Nathan Williams a aussi fait du skate, a sans doute dragué les jolies filles ingénues, a vraisemblablement consommé quelques produits illicites, vautré dans son canapé. Nathan Williams, c’est un peu le héros fantasmé de la nouvelle no-generation, celle qui a erré dans les playgrounds d’un quartier crasseux de San Diego ou de Seattle, la planche à roulettes clouée sous ses Vans, son I-Pod gavé de chansons de Beck, de Pavement et de Nirvana.

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *